© Aérien Ploo

Interview – Les PLOO d’Aérien partent en guerre !

novembre 7 | Interviews

Deux surnoms : Aérien et Papaploo. Des formes d’expressions artistiques multiples : street-art, sculpture, dessin, photographie… Et des personnages attachants : les PLOO. Voici un artiste pluridisciplinaire à suivre de très près. Les PLOO « partent en guerre et pratiquent leurs châtiments sur qui le mérite« . Ces personnages très graphiques sont prêts à diffuser la bonne parole d’Aérien.

Un message positif qui invite à stopper l’individualisme, la consommation à outrance, l’effet mouton de notre merveilleuse société. Pour en savoir plus : interview !

 

Art and Facts : Qui êtes vous ?

Aérien : Mon pseudo est Aérien et on m’appelle aussi Papaploo.

A&F : Pourquoi ne pas révéler sa véritable identité ?

A : Je suis assez attaché à la notion de vie privée. Ca permet aussi de mettre mon travail et propos en avant.

A&F : Quel est votre parcours artistique ?

A : Je suis issu d’une famille de musiciens, j’ai moi même commencé le conservatoire dès mes 7 ans en classe de percussion. Pratiquant le BMX depuis 1999, j’ai aussi eu accès à la culture de l’image, des cultures alternatives, au monde du rock. Par la suite j’ai fais un BTS de communication visuelle et puisque les valeurs du monde de la «com» ne me correspondaient pas, je me suis dédié à la création personnelle en m’exprimant avec mes personnages : les PLOO.

A&F : Justement que sont les PLOO ?

A : Le PLOO est mon petit personnage que je décline graphiquement pour exprimer ce que j’ai dans la tête. D’abord créé tel un logotype, je le module maintenant comme un personnage «vivant». Il y a le logo avec l’œil et la bouche représentant les valeurs positives du monde PLOO et le personnage.

A&F : Les PLOO envahissent également les murs… Un moyen d’expression important pour vous ?

A : Les humains oublient des murs, des lieux, des histoires. Une façon de rappeler le passé ou de se raconter d’autres histoires. C’est un moyen d’expression, pour moi ils sont tous complémentaires. Peinture, photo, street-art, sculpture… ça évoque des choses différentes. Je pense que chaque idée mérite une réflexion de support. Me limiter à un médium ça me bloquerait.

A&F : Une préférence de médium ?

A : Non, c’est par période. J’aime m’immerger dans mes projets et faire les choses à fond. Même si je suis un touche à tout, ce fonctionnement cyclique me permet de ne pas trop me disperser et d’aller plus loin dans chaque technique.

A&F : Vous dites que les «PLOO partent en guerre et pratiquent leurs châtiments sur qui le mérite». A quoi, qui déclarez-vous cette guerre par le biais des PLOO ?

A : A la médiocrité en général et particulièrement celle de notre société. C’est volontairement exagéré et très fort pour provoquer un petit peu, rassurez-vous ce n’est pas par prétention. Juste que mettre toujours en avant ce qu’il y a de pire me fatigue, et voir autant de gens suivre des exemples stupides me fait peur. La mal bouffe, la surconsommation, le culte de l’apparence, les valeurs de réussites de notre société… Tout est fait pour déshumaniser les gens. C’est dommage. On peut constater un peu partout que les gens deviennent plus humain en périodes difficiles : grève dans le métro, maladie, accident… Faut-il attendre d’avoir des soucis pour ça ?

A&F : Votre message a donc clairement pour objectif de susciter une réflexion et d’aspirer à des valeurs plus positives dans notre société…

A : Tout a fait. Je trouve ce monde extrêmement violent et individualiste. Dès que des personnes sont différentes, elles sont mises à l’écart, dès qu’il y a de l’argent les rapports d’amitiés disparaissent… C’est profondément utopiste mais bon. Je sais que ça en a déjà fait réfléchir et certains ont un peu modifié leurs modes de vie. Petites victoires… Beaucoup de personnes victimes de violences, maladies, handicaps et autres choses lourdes sont venues me voir après la découverte de mon travail pour discuter. C’est extrêmement enrichissant et c’est génial de pouvoir les aider.

 

A&F : Que sont les châtiments des PLOO ?

A : Mes châtiments sont des fictions réalisées en photographie pour illustrer des scènes horribles, un peu comme dans des films d’horreur. (Aucun modèle n’est réellement maltraité !!! La preuve, elles reviennent d’elles-même !!!)
De nouvelles séries vont arriver, mettant en avant des modes de vie plus libres, simples, fun, libérés des tabous et autres pressions sociales. Coté plus rock, punk, décalé faisant clairement référence à la culture oldschool du BMX, de la musique rock et aux modes de vie alternatifs.

A&F : Vos personnages me font penser aux Worms, ces petits vers de terre qui se faisaient la guerre dans un jeu des années 90. En sont-ils graphiquement inspirés ?

A : Je ne m’en suis pas inspiré. J’y ai beaucoup joué plus jeune, surement mon inconscient qui a travaillé. Les Worms ont un coté gentil et violent mélangé, c’est une démarche graphique un petit peu parallèle. J’ai vraiment voulu travailler la rondeur pour apporter de la douceur à mon personnage pour que même torturé, il soit mignon.

A&F : Où puisez-vous votre inspiration ?

A : Partout. Je regarde beaucoup de choses dans des univers très différents. Après j’essaye de me détacher de tout ce que j’ai mis dans mon cerveau pour faire ma petite cuisine et que ce soit personnel. Souvent c’est surtout la musique que j’écoute qui m’inspire visuellement. Les ambiances, univers, couleurs… Tout est dans la musique !

A&F : Des groupes ou styles de musique prépondérants dans votre processus créatif ?

A : Plus des styles correspondants à des étapes de création. Tout ce qui est matière c’est généralement de la musique métal, très violente. Le traçage souvent sur de la musique plus hip hop, classique (symphonique), des styles plus carrés et réguliers. Il y a clairement un travail d’abstrait très spontané confronté à un travail d’illustration beaucoup plus intellectualisé. Après funk, jazz, musiques expérimentales, électro sombre… Tout y passe !

A&F : Les PLOO en 3D vont-ils devenir des artoyz ?

A : Il y a quelques années, j’aurai répondu oui, maintenant je ne pense pas. Je prévois plus de travailler en volume en sculpture et moulage. Les artoyz sont intéressants, mais l’idée d’un volume tout lisse sans matière ne m’intéresse pas trop.

A&F : Des projets à venir ?

A : Justement bosser beaucoup plus en volume dans mon nouvel atelier, continuer mes projets photos en lien avec mes PLOO qui me permettent d’intégrer les humains dans cet univers avec un niveau de lecture plus accessible. Et bien sur, continuer à peindre sur tous les supports.
J’ai aussi fait un prototype de bas relief. Affaire à suivre.

Je vais également travailler en parallèle des projets photos sans les PLOO, pour me concentrer sur l’humain. D’ici quelques années j’aimerai aussi mélanger tous mes savoir-faire dans un projet PLOO. Musique, vidéo, photo, peinture… Déjà quelques années que ça me travaille, il va falloir passer à l’action !

+ Aérien Ploo

www.aerienploo.wordpress.com

+ Facebook

Julie Baquet © Art and Facts

Autres articles

« »