Cristina Coral

La délicatesse de Cristina Coral

novembre 17 | Photographie

Immersion dans la douceur mélancolique de Cristina Coral. «Je ne me considère pas comme une photographe, mais je considère la photographie comme un moyen de représenter mes sentiments», déclare l’artiste. Son parcours artistique ? «J’ai grandi dans un milieu artistique. Mon père était compositeur, la musique a toujours été une partie très importante dans ma vie.» Cristina apprend la photographie en autodidacte : «Après avoir assisté à un atelier, j’ai compris tout de suite que la photo pouvait me donner beaucoup en terme d’expérimentation et de découverte du monde et de moi-même.» Aujourd’hui, «photographier est devenu un langage impératif».

Les œuvres qu’elle distille dégagent un spleen délicat. Surement parce que Cristina dévoile une partie d’elle-même dans ses créations qu’elle décrit comme une «intuition strictement privé et un dialogue intime. Je pense que mes photographies saisissent des instants hors du temps, à proximité du mystère que chacun a. Mes œuvres sont déclenchées par des impulsions différentes : observation de la réalité, des pensées et des souvenirs au bagage émotionnel. La photographie est la recherche, l’exploration, l’invention, l’évasion. Pour moi c’est surtout un refuge». Avec beaucoup de pudeur et de sentiment, l’artiste avoue : «Mon maître dans la vie a été mon père Giampaolo, compositeur estimé de musique de chambre et de musique classique contemporaine. Sa musique et son bien créatif m’a influencé et a contribué à augmenter ma sensibilité».

Cristina Coral a été récompensée par deux médailles d’or dans la catégorie portrait et d’autres à la PX3 Prix de la Photographie Paris 2014, Mention honorable à l’IPA Prix International de Photographie 2014 dans la catégorie art du portrait.

+ Cristina Coral 

+ Facebook & Flickr

Julie Baquet © Art and Facts

Autres articles

« »