Daniel Arsham

Au royaume des paradoxes, Daniel Arsham est roi

janvier 26 | Volume

L’art de Daniel Arsham s’articule dans un no man’s land glacial proche d’une découverte archéologique post apocalyptique. Sculpture, architecture, performance, installation, dessin, l’américain génère une œuvre protéiforme où l’espièglerie règne en maître. Paradoxal, déroutant, son travail se développe dans la restructuration de l’espace et de la forme. L’artiste distille des mises en volumes de figures humaines, d’objets usuels et technologiques à mi-chemin entre le réel et l’imaginaire. Un plaisantin qui joue avec l’architecture et qui s’amuse à cacher un personnage derrière un mur ou sous le plafond. Effet déroutant. Plus sombres, ses sculptures d’êtres humains et d’objets érodés questionnent sur la fragilité du temps. Une satire de la société approfondie jusque dans le choix des matériaux utilisés comme la poussière de roche glacière, des cendres volcaniques, du verre ou encore des fragments de quartz rose. 

Basé à New-York, Daniel Arsham se fait également connaître pour ses collaborations : avec Merce CunninghamPharrell Williams, ou encore Hedi Slimane… En 2014, il se lance avec le réalisateur Ben Louis Nicholas dans la création d’une société de production Film the future.

Le 10 février
« Rules of the Game » Royce Hall, Los Angeles

Du 3 mars ai 27 mai
« Hourglass », High Museum of Art, Atlanta

+ Daniel Arsham

www.danielarsham.com

+ Facebook & Instagram

Julie Baquet © Art and Facts

Autres articles

« »