Flower Symphony © Alice Berg

Interview – Alice Berg : esthétique délicate

octobre 5 | Interviews

Au delà des stéréotypes de la photo de mode, Alice Berg distille un esthétisme où l’être est porté vers une certaine irréalité. Un style très juste, aux compositions simples et efficaces où douceur et finesse se mêlent à des thématiques qui lui tiennent à cœur. L’artiste, basée à Paris, puise en effet son inspiration dans les cultures scandinaves et japonaises. Elle s’attache à porter la photo de mode au rang d’art. Pari réussi. Interview.

.

Art and Facts : Comment est née votre passion pour la photographie ?

Alice Berg : Elle est née il y a longtemps, à l’âge de 5 ou 6 ans quand j’ai commencé à regarder des défilés de mode. Plus tard, j’ai commencé à collectionner les photos de mode des magazines faites par mes photographes préférés. À un certain moment, j’ai compris que j’avais également quelque chose à dire avec l’envie de créer mes propres histoires.

Art and Facts : How was your passion for photography born ?

Alice Berg : It was born long ago when I first started watching fashion shows at an age of about 5 or 6 years old. Later, I started collecting fashion photos made by my most favorite photographers, magazines. At some point I realized that I had something to say too, and that I would love to create my own stories.

.

.

A&F : Un souvenir, une anecdote photographique à nous raconter ?

A.B : J’ai deux masters du second degré, mais ils n’ont rien à voir avec la photographie.

A&F : A memory, a photographic anecdote to share with us ?

A.B : I have two serious masters degrees, but non of them has to do anything with photography.

.

.

A&F : Quelles sont vos sources d’inspiration ?

A.B : Surtout la nature humaine et ses psychologies. Curieusement, ceci a un rapport avec mes diplômes précédents puisque je faisais une recherche dans la découverte des motivations de l’homme, ses désirs et ses peurs. Ainsi s’est développé chez moi un désir de voir plus loin que les stéréotypes et les connaissances communes. Il est important pour moi de découvrir ou de créer des personnages qui ne sont pas de ce monde, de leur donner des capacités au delà de la portée humaine.

A&F : What inspires you ?

A.B : Mostly, it’s the human nature and it’s psychology. Strangely enough, it has something to do with my previous degrees, since I had to put some thought into discovering humans’ motivations, desires, and fears. These further developed into desire to see beyong the stereotypes and common knowledge. I like to discover or create characters that are not from this world, to give them abilities beyong human reach.

.

.

A&F : Parlez-moi de la série « Flower Symphony ».

A.B : Il s’agit d’un travail très symbolique et très sensuel. C’est ce que j’appelle l’art «pur», car il a été créé pour notre propre plaisir, en dépit d’être à l’origine prévu pour un magazine de mode. Il ne rentre pas dans le cadre commun de «l’éditorial de mode». Ce fut l’une des premières histoires où je réalisais que j’aspirai à créer quelque chose à la limite de la mode et de l’art.

A&F : Tell me more about the « Flower symphony » series.

A.B : It’s very symbolic and very sensual work. This is what I call « pure » art, because it was created for our own pleasure, despite being originally planned for a fashion magazine. It doesn’t fit into the common « fashion editorial » framework, and this was one of the first stories when I realized that I tend to create something on the margin of fashion and art.

.

 .

A&F : Comment définiriez vous votre univers photographique ?

A.B : Je suis les idées et les émotions que je ressens à un moment précis. Je cherche à attraper au vol cet élan et de ne pas perdre cette vision. Donc, je dirais qu’il y a une certaine force intérieure qui me pousse à créer, mais il n’y a pas de limites à ce qu’il peut devenir. J’ai tendance à flotter beaucoup entre les cultures scandinaves et japonaises car ils ont quelques grands éléments culturels puissants qui me passionnent.

A&F : How would you define your photographic world ?

A.B : I follow the ideas and emotions I feel at a specific moment, and I try to catch this momentum and not to lose the vision. So I would say, there is some inner force pushing me to create, but there are no boundaries to what it can be in the end. But I tend to float a lot between Scandinavian and Japanese cultures, since they have some great powerful cultural elements that I am very passionate about.

.

.

A&F : Quel est votre processus créatif ?

A.B : Je trouve l’inspiration dans une idée, dans mes rêves nocturnes parfois ou même encore l’idée se développe au fil d’une conversation. Ensuite, je pense à tout ça, à la recherche d’un support visuel (principalement pour fournir une meilleure idée à une équipe créative), je pense à la meilleure lumière pour l’ambiance et puis je crois à l’équipe qui va travailler sur le projet. Tout le monde y contribue avec des idées originales, nous faisons le casting pour le meilleur modèle, et après nous programmons la date pour le shooting.

A&F : What is your creative process ?

A.B : I get inspired by idea or I sometimes dream about it at night, or even develop it through conversations. Then I think it through, search for a visual support (mainly to deliver idea better for a creative team), think of the light for the best atmosphere, and then I gather the team to work on the project. Everyone contributes with original ideas, then we do the casting for best model, and after it we schedule the date for the shoot.

.

.

A&F : Votre vision de la photographie de mode ?

A.B : Je me plais à penser que la photographie de mode est une forme d’art. En ce sens, je pense qu’il est important de créer une œuvre originale qui raconte vraiment qui vous êtes, plutôt que ce que vous êtes capable de faire dans la mode.

A&F : Your vision of fashion photography ?

A.B : I like to think that fashion photography is an art form. And therefore, I think it’s important to create original work that really tells who you are rather than what you are capable of doing for fashion.

.

.

A&F : Quels photographes admirez-vous ?

A.B : J’admire les photographes qui ont tendance à créer un monde de conte de fées, qui vous rappelle l’enfance lorsqu’il n’y avait pas de frontières entre le parc à côté de votre maison et une forêt enchantée. Et ce sont Tim Walker, Paolo Roversi et Mert et Marcus. Aussi, j’admire les photographes qui repoussent les limites de la mode ainsi que les déclarations provocatrices, comme Nick Knight et Steven Klein. Enfin, j’aime les artistes qui créent un sens du mouvement et de la dynamique, et ceux-ci incluent Solve Sundsbo, Craig McDean, Ishi, David Sims, et Josh Ollins.

A&F : Which photographer do you admire ?

A.B : I most admire photographers who tend to create fairytale world, which reminds you of childhood when there were no boundaries and the park next to your house was an enchanted forest. And these are Tim Walker, Paolo Roversi, and Mert and Marcus. Also, I admire photographers who push the fashion to its limits and make some provocative statements, like Nick Knight and Steven Klein. Finally, I love to see works of the artists who create the sense of movement and dynamics, and these would include Solve Sundsbo, Craig McDean, Ishi, David Sims, and Josh Ollins.

.

.

A&F : Des projets à venir (séries, expos) ?

A.B : Bien sûr ! A l’heure actuelle, je veux me concentrer davantage sur mes projets personnels dans la mode et l’art, parce que ce travail ne dépend pas des tendances actuelles de la mode ou de tout ce qui a aspect saisonnier. Beaucoup de choses vont donc arriver dans le futur.

A&F : Any projects to come (series, exhibitions) ?

A.B : Of course ! I want to focus more on my personal fashion/art projects at the moment, because this work does not depend on current fashion trends or anything that has seasonality aspect to it. So a lot more to come in the future.

.

+ Alice Berg

+ www.alicebergphoto.com

+ Facebook, Behance & Instagram

Propos recueillis par Julie Baquet © Art and Facts

Autres articles

« »