Jung-Yeon Min

Les étrangetés chimériques de Jung-Yeon Min

septembre 16 | Illustration

« La limite entre la réalité et la fiction est inutile puisqu’il est possible de vivre pleinement dans un monde irréel », Jung-Yeon Min définit à elle seule toute l’essence créative de son art. Artiste héritière des peintures et dessins de paysages asiatiques des siècles derniers, elle dévoile un monde fantasmagorique où l’étrange est le noble maître des lieux.

La respiration cathartique de Jung-Yeon Min est teintée de thématiques surréalistes et organiques. Ses excentricités pullulent comme des cellules cancéreuses dans ses croquis aux espaces surannés. Elle élargit dans une certaine angoisse palpable les limites de la vision humaine. En ouvrant son cerveau à ses chimériques divagations, la coréenne diplômée de l’Université Hongick de Séoul et de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris ne cesse de subjuguer avec curiosité le regard. Construction et destruction font partie intégrante de son processus créatif. Les espaces s’inventent dans un mirage prêt à exploser comme une bulle de savon. Des dessins turbulents comme une invitation dans la nébuleuse d’un songe abstrait résolument étonnant.

+ Jung-Yeon Min

www.marialund.com/fr/artiste/min-jung-yeon

Julie Baquet © Art and Facts

Autres articles

« »