Paul Hollingworth

Vanités

juillet 8 | Focus

Le culte des crânes a de tout temps subjugué. Depuis le Néolithique, illustres sont les exemples de la représentation de la tête de mort dans l’histoire de l’art.

«Memento mori», «souviens-toi que tu vas mourir», la locution latine définit à elle seule le principe des vanités. Symbole du temps destructeur, de la fragilité des biens terrestres et de la mélancolie, ce caractère particulier de nature morte interprète de façon symbolique la mort. Les vanités apparaissent au début du 17ème siècle aux Pays-Bas. Pieter SteenwijckWillem de Poorter ou encore Jan van der Heyden sont parmi les nobles représentants de ce thème pictural. En 1533, Les Ambassadeurs, célèbre portrait peint par Hans Holbein le Jeune, fait figure de référence dans la thématique des vanités. Cette huile sur bois est connue pour contenir au premier plan l’une des plus spectaculaires anamorphoses de l’histoire de la peinture : une forme se révèle d’un point de vue oblique être un crâne humain.

La mort envahit la peinture !

Egalement présente dans les allégories et les images bibliques, la tête de mort a toujours exalté les artistes. Le crâne et ses symboliques exultent également lors de la Renaissance, citons le réalisme morbide de Caravage ou encore les représentations de son héritier de la technique du clair obscur : Georges de la Tour.

Source d’inspiration inépuisable la tête de mort prolifère dans les œuvres d’après guerre. Avec Saint Phalle, Dali, Picasso mais surtout Warhol, le crâne est érigé au rang de super star. Représenté sous toutes les formes et présenté à toutes les sauces, son caractère morbide devient objet «in». Damien Hirst, ex embaumeur, l’érige au rang d’objet précieux. For the Love of God est une réplique du crâne d’un homme disparu au XVIIIe siècle serti de diamants estimé à 100 millions de dollars !

Tantôt représentation des Vanités, la tête de mort est devenue une icône contemporaine : design, illustration, art digital, mode, photo ou encore street-art. Une source d’inspiration inépuisable pour les artistes à découvrir dans la sélection qui suit. Une ode à l’allégorie de la mort.

 

 

Avec Antoni TudiscoPaul HollingworthKate MacDowell, San Pierre, Truly DesignAlain BellinoMacabre GadgetsAlex Stoddard, Alexander McQueen, Alexis DiazCarsten WitteChristopher Conte, David Mesguich and Valentin Van der MeulenDZO OlivierEmeric ChantierGreg EasonHarowJacki TsaiJuliette BatesMatthew Day JacksonMonsieur QuiRick Genest, Mozart Guerra, Katsuyo AokiSasha Vinogradova, Jim, Studio Harow, Tom FrenchTomohiro InabaHedi XandtChristian Fiebig et Damien Hirst.

A lire également sur Art and Facts : 

Macabre Gadgets : des bijoux obscurs

Portrait – Dans les crânes d’Alain Bellino

Alexis Diaz, street-art surréaliste

Interview – Juliette Bates : histoires naturelles

Les Vanités de Monsieur Qui

Julie Baquet © Art and Facts

Autres articles

« »