Seung-Hwan Oh

Des photographies mangées par des bactéries

septembre 20 | Photographie

Seung-Hwan Oh déforme et manipule ses photographies à l’aide de bactéries. Son objectif : «Découvrir l’impermanence de la matière ainsi que les limites matérielles de la photographie». Le processus implique le développement d’un microbe qu’il dépose sur le film photographique. Au fil des mois, la pellicule se fait manger, rogner jusqu’à une désintégration de la feuille. Ainsi les photos d’origine se retrouvent malades et modifiées aléatoirement par la prolifération de l’attaque micro bactériologique. Le rendu est saisissant, abstrait, coloré et lourd de sens lorsqu’on connaît la cause de leurs désintégrations. Les portraits deviennent fragiles et vulnérables soumis au laisser-aller d’un virus.

+ Seung-Hwan Oh

+ www.seunghwan-oh.com

Julie Baquet © Art and Facts

Autres articles

« »