Street-art : Made in Italy

février 16 | Exposition / Agenda

La GCA Gallery consacre jusqu’au 28 mars une exposition focus sur le street art italien. Made in Italy présente «11 artistes appartenant à l’une des écoles qui a le plus contribué à l’histoire du graffiti et du street art», dixit Christian Omodeo pour l’agence Le Grand Jeu. La scène italienne y est décortiquée par notre interlocuteur spécialiste de l’Urban Art et auteur de plusieurs livres sur la question. «L’exposition nous permet d’avoir un large aperçu de la scène italienne. Des débuts de la fin des années 90/début 2000 à aujourd’hui». Une leçon d’histoire de l’Art Urbain italien en somme qui s’exprime à travers différents supports et techniques et qui constitue sa formidable richesse. Eclectisme donc.

«Dès le début les artistes italiens ont été les acteurs principaux».

«Microbo, Bo 130 et Galo sont des personnages clés dans l’essor du street art en Europe, non seulement grâce à leurs parcours artistiques, mais aussi grâce à leur participation active à Arte Impropria en 2003 et The Urban Edge Show en 2005, deux expositions historiques qui ont réuni à Milan des artistes phares de ce mouvement comme Shepard Fairey, Miss Van, Blu, Doze Green, Swoon, Jeremy Fish ou The London Police».

Deux villes sont particulièrement importantes dans cette richesse italienne : Rome et Milan qui sont les premières à capter l’importance de ce mouvement. Bologne n’est pas en reste et «Turin devient une plateforme très intéressante».

«Très tôt les musées et les galerie se sont intéressés au street art, un engouement très intéressant de ce pays pour cette forme d’art dont le grandiose passé culturel est très classique, explique Christian Omodeo, dès le début les artistes italiens ont été les acteurs principaux».

Bo 130, Microbo, Galo en précurseurs de l’art urbain de type «logo», la scène s’étend aussi aux spécialistes du lettrage tels que Etnik «l’un des graffeurs les plus réputés en Italie tout au long des années 1990» et Peeta…

La nouvelle génération n’est pas en reste : celle du muralisme représenté dans cette exposition par Pixel Pancho et Zed1. Surréalistes, les murales de Pixel Pancho s’expriment dans le monde entier. Les voyages ont démocratisés l’art urbain depuis 2010.

En plein expansion et sans cesse renouvelé, le street art italien n’a pas dit sont dernier mot et continu à écrire son histoire en lettres capitales.

Julie Baquet © Art and Facts

Autres articles

« »