Asphyxie © Thibault Delhom

Thibault Delhom : asphyxie

septembre 3 | Photographie

En exclusivité, voici la nouvelle série photographique de Thibault Delhom qu’Art and Facts avait déjà mis en lumière dans une interview. Exit le minimalisme, l’artiste propose dans Asphyxie une suite de tableaux baroques. Un clair obscur troublant où les corps pâles s’animent dans une abîme sombre. L’angoisse est palpable. L’atmosphère est lourde et étouffante. « Un enfant est devant un vivarium, observant d’une autorité cruelle un microcosme enfermé et asphyxié auquel on a coupé les ailes. Des papillons blancs, résignés, effacés par la lumière opaque d’un couvercle, cherchent l’envol en vain, se débattent et luttent, frappent le sol poussiéreux et finissent par admettre leur claustrophobie ». La sensibilité aux émotions du photographe est une fois de plus mise en exergue dans cette nouvelle production talentueuse à la lisière du fantastique, du mysticisme et l’avènement d’un culte anonyme et obscur porté par un schéma de classique religieux.

Notons également l’esthétique du détail. Les modèles tantôt bourreaux et martyrs portent des bustiers évoquant « la chrysalide, la mue, la cage thoracique qui enferme l’être dans leur propre corps ». Asexués, dénués d’identité, elles entrent dans une danse primaire et animale où l’instinct de survie prime.

 

A re(lire), l’Interview Thibault Delhom : courbes minimalistes

+ Thibault Delhom 

www.thibaultdlm.com

+ Facebook Behance 

Julie Baquet © Art and Facts

Autres articles

« »