Andi Galdi Vinko

Tiré par les cheveux

janvier 25 | Focus

Tantôt symbole de pouvoir chez l’homme et de sensualité chez la femme, cet élément de la pilosité humaine inspire à plus d’un titre. Nul ne peut oublier le mythe biblique de Samson dont la force était cachée sous la longueur de ses cheveux. Symbole de virilité en Chine, avoir les cheveux ras était considéré comme une émasculation et interdisait à l’accession à certaines fonctions. Autre exemple : en France, seuls les rois et les reines avaient le privilège d’une chevelure longue, gage d’une qualité aristocratique.

Côté séduction, les cheveux étaient l’une des principales armes de la femme : montrés ou cachés, noués ou dénoués, ils étaient le signe de la disponibilité, du don ou de la réserve d’une femme. Quant à la notion de provocation sexuelle ? Elle remonte aux traditions chrétiennes puisqu’une femme ne pouvait rentrer dans une église la tête découverte.

Depuis, la chevelure a pris ses libertés. Crêpés, ondulés, annelés, teints, tressés, bouclés, poudrés, échevelés, en pétard, rasés, triturés…, ils s’arborent dans tous les sens. Exits les coutumes ancestrales de conservations et de rites, ils sont aujourd’hui devenus uniquement un signe d’apparence et d’embellissement. 24 artistes contemporains rivalisent d’imagination et s’amusent avec les cheveux dans cette sélection au poil.

Avec : Andi Galdi VinkoAkatreDita GambiroAgustina WoodgateMonique GoossensBen ZankHong Chun ZhangBara PrasilovaKaren KananianSonia and Mark WhitesnowCreez DesignJulie de WaroquierJürgen KlaukeRebecca DrolenInes KozicYuni Kim LangWinnie Truong, Tresse Agoche, Can PekdemirStefka PavlovaFAKEDCANDIDRosa RubioFiona Roberts et Paco Peregrín

.

Retrouvez également les articles d’Art and Facts : 

Bara Prasilova : monde absurde

Ines Kozic : allégories

Fakedcandid : concepts minimalistes

Les objets fous de Fiona Roberts

.

Julie Baquet © Art and Facts

Autres articles

« »