Bruno Vilela

Wonderland

octobre 1 | Focus

Les tribulations d’Alice, une petite fille «curieuse, extravagamment curieuse» à la poursuite d’un lapin blanc est une source d’inspiration inépuisable. Son «wonderland» fantaisiste a aujourd’hui 150 ans. Ecrit en 1865 par Lewis Carroll, nom de plume de Charles Lutwidge Dodgson, Alice au Pays des Merveilles, sa suite De l’autre côté du miroir (en 1871) et les illustrations emblématiques de Sir John Tenniel ont fait l’objet de nombreuses adaptations, notamment cinématographiques, dont les plus célèbres furent le dessin-animé de Disney et la version burtonienne.

Une exposition rétrospective à la Morgan Library and Museum à New York, visible jusqu’au 12 octobre, donne à Art and Facts l’occasion de plonger dans le monde merveilleux de ce classique culte à la fois dans la culture pop et la littérature. Design, photographie, illustration, installation, sculpture… aujourd’hui encore, ce conte est une référence. Mais avant de découvrir la sélection contemporaine de cette histoire devenue un mythe, une plongée dans l’absurde et ses tenants psychologiques s’impose.

 

.

Fleurs chantantes, lapins en gilets, chenilles conseillères, parties de thé, homards dansants, flamants roses faisant office de jeu de criquet et autres folies défiant toute logique font partie du célèbre folklore d’un monde impossible.

Découverte de la sexualité féminine pour Freud avec le saut dans le terrier et l’entrée dans le pays des fantasmes sexuels d’une nouvelle zone érogène et de la jouissance clitoridienne (la chenille), pour Lacan, la voie du nonsense qu’emprunte Carroll permet d’accéder à un au-delà du moi et laisse planer la quête du «qui suis-je ?». Nombreuses sont les théories autour de cette œuvre : schizophrénies, ode à la drogue et négation de la réalité… Une chose est sûre, Lewis Carroll souffrait d’un trouble neurologique rare causant des hallucinations étranges affectant visuellement la taille des objets. La victime pouvait se sentir plus grande ou plus petite que ce qu’elle est réellement. Un thème bien évidemment immanquable du livre ! La maladie, d’abord découverte par le psychiatre anglais John Todd en 1955, a été nommée plus tard «Syndrome d’Alice au pays des merveilles». Il est également connu comme le syndrome de Todd.

.

Alice (1988) by Jan Svankmajer

Alice in Wonderland (1903) – Lewis Carroll | BFI National Archive

.

Pour les artistes contemporains, il est aujourd’hui compliqué d’adapter ce conte avec originalité sans tomber dans les classiques clichés des parties de thé, des lapins endimanchés, des chapeliers et des déformations de grandeur. La sélection qui suit rivalise d’imagination pour proposer une Alice singulière. Minimaliste, surréaliste, parfois classique mais résolument actuel, ce focus fantaisiste vous invite à plonger dans le monde merveilleux d’une thématique traditionnelle.

Avec :

Robyn TennielElena KalisLizzie NeedlesMerve KahramanNatalie ShauLinda Blacker ALUKJerico SantanderMartin LucesoleHaris JusovicKindra NikoleLissy LaricchiaIgnacio SottanoAlistair CampbellBruno VilelaCarsten HollerElena BurkovaDenis ZilberWojciech PijeckiStefano BonazziMarynnYonca KarakasMichael KutscheMr FinchMayra Magalhães, Rosie HardyGeorge MayerAndrzej DraganAlli WynnVavjeTim WalkerAnka ZhuravlevaAlex Torres & Melissa Jay Craig

.

 

Julie Baquet © Art and Facts

Autres articles

« »